Jean rit aux éclats devant son gâteau de fête

Octobre 2018

90 ans ! Mon Dieu comme j’ai de la peine à y croire. J’ai un tel désir de crier ma gratitude ! Tout d’abord envers Dieu qui est à la source de ma vie. Je suis un pauvre petit enfant de Dieu depuis le premier instant de ma vie, secret et caché dans le sein de ma maman. C’était le moment de mon innocence primale avant toutes mes réactions de peur, d’agressivité et surtout de culpabilité, qui naissent quand cette innocence primale est blessée.

Je remercie surtout ma maman et mon papa. Pour éviter une fausse couche et ne pas risquer de me perdre, ma pauvre maman a dû passer au moins trois mois alitée dans un petit hôtel à Paris, loin de mon papa qui travaillait en Suisse. Elle a beaucoup souffert de cette terrible solitude. Finalement, il y a eu ma naissance et puis, la naissance de ma vie chrétienne par le baptême. Oui, merci à mes parents !

Merci aussi à ma communauté de L’Arche à Trosly, merci à Christine Mc Grievy, la responsable. Nous avons si bien fêté mes 90 ans. C’était si beau, si joyeux, si festif et si priant. La fête a commencé par une eucharistie célébrée par un ami de l’Arche de longue date, l’évêque Gérard Daucourt. Après la messe, nous nous sommes retrouvés pour un grand apéritif avec toute la communauté et des amis venus de différents coins de France pour la plupart et quelques-uns venus de plus loin.

Une grande célébration était organisée l’après-midi, animée par Hoda Sharkey et Hazel Bradley avec des chants et des mimes qui racontaient de grands moments de mon histoire.

Frédéric Dethouy m’a merveilleusement imité dans les étapes importantes de ma vie : l’entrée dans la marine puis mon départ pour suivre Jésus, la naissance de la petite communauté de L’Arche. Il a aussi mimé le moment où j’ai enlevé ma cravate et mis un blouson bleu ! Ensuite différentes étapes de l’évolution de L’Arche ont été évoquées : l’œcuménisme grâce à Steve et Anne Newroth qui ont fondé l’Arche à Toronto, la fondation en Inde avec Gabrielle Einsle et la découverte de l’interreligieux.

Peu à peu, nous avons pris conscience de ce qu’un cardinal à Rome nous avait dit : « Vous à L’Arche, vous avez fait une révolution copernicienne ! Jusqu’à présent on disait qu’il fallait faire du bien aux pauvres, à L’Arche vous dites que ce sont les pauvres qui vous font du bien ! » Peut-être qu’aujourd’hui je dirais que ce ne sont pas seulement les personnes avec un handicap mais tous ceux et celles qui ont été humiliés, mis de côté, qui nous font du bien si nous entrons en relation avec eux.

L’Arche a grandi ainsi que cette belle communauté de Foi et Lumière qui continue à se développer à travers le monde. Foi et Lumière est née durant un pèlerinage à Lourdes en 1971, grâce à Marie-Hélène Mathieu qui a entendu l’appel angoissé et pressant des parents de Loïc Profit. Alors qu’ils souhaitaient faire un pèlerinage, ils n’avaient pas été acceptés dans les hôtels de Lourdes à cause de Loïc et de son frère Thaddée, tous les deux ayant de lourds handicaps. Avec Marie-Hélène nous avons décidé de faire quelque chose. Ainsi l’idée d’un pèlerinage pour les personnes avec un handicap, leur parents et amis, est-elle née.

La cause de cette expansion de nos communautés de L’Arche et de Foi et Lumière est d’abord le cri de tant et tant de personnes avec un handicap à travers le monde. Ce cri est un appel : « M’aimes-tu ? » C’est le cri pour une rencontre vraie et humble de beaucoup personnes humiliées et vulnérables, se sentant seules et abandonnées, qui continue de retentir dans notre monde.

Nos communautés veulent par-là retisser l’humanité dans l’unité, où chaque personne puisse trouver sa vraie place, les plus faibles comme les plus forts, et qu’il n’y ait plus de division ni de séparation.

C’est ainsi que naîtra une humanité nouvelle et universelle avec l’espérance que les murs, les peurs et l’orgueil tombent pour faire place à un chant d’amour et de fraternité universelle.

Oui, la fête de mes 90 ans a vraiment été un moment d’action de grâce. Merci à chacun de vous personnellement, merci à chacune de nos communautés de L’Arche, de Foi et Lumière, et tant d’autres, pour vos vœux et vos prières qui vont m’accompagner durant les années qui viennent. Je sais que m’attendent des faiblesses nouvelles, des pauvretés nouvelles et des pertes nouvelles. Ce sera la descente vers ce qui est l’essentiel, le plus caché en moi, plus profond que toutes les parts de réussite et d’ombre en moi. Ce sera tout ce qui reste quand tout le reste aura disparu. Ma personne dénudée, une innocence primale qui attend sa rencontre avec Dieu. Merci de vos prières qui m’accompagnent dans cette descente vers ce trésor, le plus profond de mon être.

Voici maintenant des nouvelles de mes vacances au mois d’août et de ce qui s’est passé depuis ma dernière lettre.

Au début du mois d’août

L’été a été marqué par le soleil brûlant, le soleil éclatant, le soleil éblouissant… la canicule, 30 à 38°C partout en France. Je me suis échappé vers notre communauté de L’Arche à Ambleteuse près de la Manche où les températures étaient de l’ordre de 23°C. Avec Odile Ceyrac nous étions hébergés dans la petite maison du père David Wilson et si bien accueillis par Michèle Dormal.

Un temps paisible, des promenades au bord de la mer, les plages, le paradis des enfants et des familles. Le soir le soleil descendait très lentement et humblement derrière l’horizon de la mer, laissant place à la nuit. Hélas, la lune était cachée de l’autre côté de la terre. La lune si douce, si humble, qui transmet la lumière d’un autre plus grand qu’elle. Nous sommes tous si petits en face de cet univers avec toutes ces étoiles, le soleil et la lune dont la vie terrestre dépend. Savez-vous que chaque année ce grand soleil perd un peu de sa chaleur et de sa lumière ? Un jour il s’éteindra après des milliards d’années. Un jour le cosmos a commencé, un jour il se terminera. Tout est si grand et si petit. Pour nous êtres humains il y a aussi un commencement et une fin. Il y a le moment de la fécondation dans le sein de nos mamans et puis le jour de notre mort. Et à la source de tout, il y a Dieu si grand et en même temps si petit et si humble devant notre liberté.

Le père David fut le prêtre de la communauté de L’Arche à Ambleteuse pendant plus de 30 ans. Il a maintenant 80 ans et il est dans un état particulier de faiblesse, parfois un peu perdu. Aujourd’hui il demeure dans une maison de retraite fermée. Il est descendu dans cette faiblesse en entrant dans un esprit d’enfance, une enfance en Dieu, une présence de Jésus doux et humble. Pour entrer dans le Royaume de Dieu, le royaume de l’amour, il faut devenir comme cela. Nous sommes tous nés dans la faiblesse et la fin de nos vies est un retour à la faiblesse, à la dépendance, au besoin de tendresse et de protection. Devenir plus faible donne le sens le plus profond de notre humanité. Le père David vit cette faiblesse douloureuse mais avec son grand sourire de paix et d’amour.

Plus tard vers le 16 août

Après la fraîcheur du bord de mer, je suis au monastère d’Orval avec ses moines en prière. La canicule s’est envolée et les hirondelles de retour d’Afrique continuent à chanter la vie. Je me sens chez moi dans ce monastère : un paradis de paix et de silence. Les frères moines, que je connais depuis plus de 30 ans, prient pour L’Arche et pour notre monde toujours en recherche sur la façon de gérer la peur qui enferme les personnes, les groupes, les pays sur eux-mêmes et empêche la liberté des cœurs. Hier soir la lune est revenue après son voyage autour de la terre, un petit luminaire si humble et doux, qui nous incite à la confiance. Elle est si belle, j’aimerais beaucoup parler avec elle et l’écouter.

De retour à Trosly début septembre

D’Orval je suis descendu dans le Sud-Ouest de la France dans la famille d’Odile Ceyrac. J’ai pu visiter les grottes de Lascaux. Une visite extraordinaire qui m’a beaucoup ému, et m’a ouvert le cœur, l’intelligence et l’esprit. Des grottes découvertes en 1945 parce que le chien d’un jeune homme de la région a couru après un lapin. Le lapin s’est enfui dans un trou et le chien l’a agrandi ; le trou est ainsi devenu l’entrée d’une grotte. Ensuite cette grotte a conduit vers une autre et puis encore une autre.

Des fresques extraordinaires de chevaux, de rennes, de bisons, de léopards et d’autres animaux ont été découvertes. Des scientifiques ont étudié ce phénomène estimant que ces grottes dataient d’il y a environ 20.000 ans. Oui, 20.000 ans ! Ces peintures ont été faites par des hommes et des femmes d’une telle humanité et d’une sagesse extraordinaire. Je suis resté stupéfait devant ces grottes, ces peintures, devant certains symboles qu’on ne peut pas comprendre.

Il fut un temps où la vie humaine a commencé sur notre terre et un temps où elle prendra fin. Entre ces deux moments se développent des civilisations et des sociétés, des religions, des groupes humains si différents, chacun révélant un aspect de la beauté humaine. Aujourd’hui, nous sommes à une époque où il y a tant de peurs et en même temps de l’espérance. L’Arche, Foi et Lumière et tant d’autres communautés et groupes voguent sur ce grand océan de l’humanité, en désirant donner une orientation de paix et d’unité.

Après les jours de fête de mon anniversaire, j’ai repris à Trosly des jours paisibles avec mes matinées consacrées à la prière, la lecture de la Bible et d’autres livres. Je suis aidé par Odile, par les membres de la Ferme et par Widad Bisher, qui me soutiennent. Chaque jour je marche pendant au moins 30 minutes pour garder mes jambes en forme. Je rencontre quelques personnes en fin d’après-midi. Parfois je tourne des petites vidéos de 4 minutes pour transmettre ce que j’ai appris à L’Arche à travers toutes ces années. Je vis un temps paisible. Je voudrais vivre chaque instant dans l’amour sans autre projet. Attendre ce que Dieu et la fragilité me donneront sur ce chemin de descente.

Je vous quitte jusqu’à la prochaine lettre en vous remerciant encore une fois de vos vœux et de vos prières, et en demandant pardon à ceux et à celles que j’ai pu blesser à travers toutes ces années.

Jean

Version à télécharger

La Lettre de Jean Vanier est envoyée à environ tous les 3 mois. L’Association Jean Vanier est responsable des listes d’abonnés et ne partage pas les informations relatives aux abonnements avec de tierces parties. Seuls les champs Courriel et Langue sont exigés. Les autres renseignements nous aideraient à personnaliser le contenu et à éviter les entrées doubles.

Désirez-vous recevoir par courriel un résumé des actualités autour de JeanVanier et de son impact dans le monde? Ce bulletin mensuel sera lancé à lautomne 2018.