Page couverture du livre

Le goût du bonheur

Albin Michel
2018

De Jean Vanier on connaît l’engagement spirituel, l’engagement humain aux côtés des plus faibles, qui l’a conduit sans relâche à l’expansion des communautés de L’Arche à travers le monde. Mais sait-on que cet engagement a comme fondement la morale d’Aristote ? Sait-on l’attention que porte Jean Vanier à cette phrase du huitième livre de l’Éthique à Nicomaque « Sans amis, personne ne choisirait de vivre » ?

Pourquoi cet intérêt de Jean Vanier à la doctrine du bonheur d’Aristote (depuis la thèse qu’il consacre à cette question, jusqu’à aujourd’hui) ? Parce que le philosophe grec n’a cessé, dit-il, d’être à l’écoute de la réalité humaine dans son ensemble, évitant de faire de la morale une idéologie. Aristote ancre la spiritualité de Jean Vanier dans l’humanité, elle lui permet de répondre à cette question centrale : qu’est-ce qui donne à chacun le goût du bonheur ?