Jean à l'abbaye

Août 2015

8 août

Voici arrivé le temps de mon séjour annuel à l’abbaye d’Orval (Belgique) : le chant des moines m’apaise et m’élève vers les cieux qui sont en eux et en moi; je retrouve les hirondelles venues d’Afrique dansant et plongeant dans le bassin devant l’église, des temps de prière renouvelées : un vide heureux avec beaucoup de repos et une reconnaissance envers Dieu; des marches dans la forêt avec mes jambes parfois un peu titubantes; des temps de lecture aussi avec le livre sur le prophète Isaïe écrit par un prêtre belge, Jacques Vermeylen (le Frère Luc, dominicain, m’avait dit qu’il pensait que le livre d’Isaïe avait été le livre de chevet de l’évangéliste Jean).

Je relis aussi le livre d’Hannah Arendt sur le procès d’Eichmann, qui a coordonné l’extermination des Juifs dans les différents camps de concentration et en particulier dans celui d’Auschwitz durant la guerre. Pour sa défense, il a plaidé : « Je n’ai fait qu’obéir à mes supérieurs ». Hannah interroge cette attitude en abordant la banalisation du mal, lorsqu’on obéit sans porter de jugement personnel, lorsqu’on fait ce que tout le monde fait, en suivant la culture propagée entre autres par la publicité et les médias. Mais n’y a-t-il pas une conscience personnelle en chacun de nous qui nous invite à être des agents de paix, de vérité et de justice face aux normes et aux lois ? Cela ne rejoint-il pas le sens profond de L’Arche accueillant des personnes avec une déficience intellectuelle si souvent condamnées par l’exclusion ou l’avortement.

23 août

Durant ce mois passé à Orval, j’ai fait une échappée autour du 15 août pour aller à Taizé, cette communauté si extraordinaire fondée par Roger Schutz. C’était le 100e anniversaire de la naissance de Frère Roger, le 75e anniversaire de la naissance de la communauté et le 10e de son assassinat. Frère Roger était pasteur de l’Église réformée en Suisse; il était épris de l’unité des chrétiens grâce aux relations très chaleureuses qu’il avait nouées avec une famille catholique. Cette famille vivait le même amour que dans sa propre famille protestante, alors comment cela se faisait-il qu’il y ait des divergences sur le plan de la théologie, sur la façon de prier et de célébrer les cultes ? Frère Roger fut conduit par l’Esprit Saint et par Jésus à créer avec d’autres pasteurs protestants cette communauté étonnante dont le but au début était la prière en commun, et l’accueil des personnes en difficulté, afin de vivre une unité entre chrétiens. La communauté a connu une rapide expansion car elle a attiré beaucoup de jeunes, de différentes Églises chrétiennes d’Europe et d’ailleurs, assoiffés d’un renouveau, d’une vie de prière, d’une vie de simplicité et de pauvreté évangélique sous le signe de l’unité entre les chrétiens, et de la paix.

Les trois jours que j’ai passés dans la communauté ont été des jours de joie et d’émerveillement. Leur église, qui a été agrandie par des ouvertures et des élargissements progressifs au cours des années, a accueilli pour ces anniversaires 6000 jeunes et amis, autour des 90 frères de la communauté. Ces jeunes ont été merveilleusement accueillis et ont pu participer à différents forums. On m’a invité à témoigner sur L’Arche et sur la vision du « vivre avec » comme lieu de guérison et de transformation, comme source de paix et d’unité. Pour un des forums il y avait 1000 jeunes, et pour l’autre 300. Un groupe de 10 personnes de L’Arche des Trois Fontaines (Ambleteuse) était autour de moi. Par leur joie, leurs paroles de vie, leur présence, ils ont donné chair à ma conférence. À la fin du grand forum nous avons tous dansé ensemble, une vraie célébration. Ces jeunes, venant de tant de pays d’Europe, ont pu saisir à travers les personnes d’Ambleteuse, qui ont passé une semaine sur place, le sens profond de L’Arche, comme communauté de paix et d’unité.

J’ai rencontré là Nayla Tabbara, musulmane, et un prêtre, le Père Fadi, qui ont fondé ensemble un centre de formation interreligieux à Beyrouth pour aider les musulmans et les chrétiens libanais à mieux se connaître. Nayla Tabbara aide aussi les musulmans de Foi et Lumière et de L’Arche au Bangladesh, de L’Arche de Bethléem et d’ailleurs, à approfondir la spiritualité de L’Arche : découvrir Dieu et être transformé à travers une relation avec des personnes ayant une déficience intellectuelle. Nayla et le Père Fadi vont venir à Trosly en septembre 2016 pour animer une session sur « l’hospitalité divine », dans la vision chrétienne et dans la vision musulmane.

Actuellement dans tous nos pays occidentaux on sent une peur qui monte à cause des actes de terrorisme commis dans nos pays et des violences horribles et folles commises par Daech en Syrie et en Irak, non seulement envers des chrétiens mais aussi envers d’autres musulmans et d’autres groupes religieux. Les terroristes organisés par Daech, cherchent à créer la panique, la division et la haine dans nos pays occidentaux, et à faire oublier le sens profond de l’Islam comme religion de prière et d’adoration de Dieu et d’ouverture aux pauvres par l’aumône. L’Arche a un rôle à jouer pour aider chacun à découvrir et à vivre ce sens profond de l’Islam.

J’aime citer ici un texte écrit par une femme musulmane, Oum El Kheir, algérienne, amie de Mgr Claverie évêque d’Oran, assassiné par des terroristes à Alger en 1996. Voilà ce qu’elle écrit : « Il existe en Algérie une ‘Église musulmane’. Elle est composée de toutes ces femmes et de tous ces hommes qui se reconnaissent dans le message d’amour universel et l’engagement pour une société plurielle et plus fraternelle. Cette Église musulmane est plus nombreuse que nous ne le croyez. En Algérie nos sang sont mêlés. » Oui, il y a partout dans le monde des musulmans qui découvrent ce sens universel de la famille humaine.

Dans deux jours je reprends la route vers ma communauté à Trosly. Joie de retrouver ma vie et ma communauté et surtout les repas dans mon foyer du Val. Je suis si heureux au milieu de ma communauté, malgré les difficultés et les divisions de la vie qui peuvent être là. Je rends grâce pour chacun et tout spécialement pour Christine McGrievy qui assume la responsabilité de la communauté de Trosly avec une grande compétence et un souci pour chacun. Ma joie est de vivre au milieu de personnes qui ont été humiliées dans leur jeunesse à cause de leurs handicaps.

Ma joie est d’être avec elles, car elles ont été choisies par Dieu dans leur faiblesse et leur folie, pour confondre ceux qui mettent leur importance et leurs valeurs dans le pouvoir et les connaissances. Vivre avec elles m’apprend à être un peu plus fou et faible.

L’autre jour dans le train, il y avait un monsieur non loin de moi, apparemment très fermé et sérieux. À un moment il s’est approché de son enfant et a commencé à faire des gestes et des mimiques parfaitement ridicules en riant avec son enfant. Si l’enfant n’avait pas été là, en voyant ses gesticulations et son visage j’aurais pensé que ce monsieur n’allait pas tout à fait bien. L’enfant nous apprend à découvrir la liberté d’être soi-même, la liberté de jouer, la liberté de vivre. À L’Arche aussi nous apprenons à être libre et faible et parfois à être parfaitement ridicule avec des gens qui ont la grâce de la folie.

Dans peu de temps j’aurai 87 ans, croyez-le ou non ! Je vois se rapprocher mes 90 ans… Autrefois je considérais cet âge comme très vieux. Maintenant que c’est là, je vois aussi que c’est le temps où il s’agit de vivre ce que j’annonce depuis longtemps, la valeur du handicap et des faiblesses dans la vie humaine. En effet, chacun de nous doit vivre ses propres faiblesses et pas seulement en parler ou aider ceux qui sont faibles. Heureusement il y a Odile qui veille sur moi. Priez pour moi afin que j’apprenne à vivre ce grand âge en découvrant ses richesses.

Pour le moment, je reçois comme un grand cadeau de pouvoir prêcher souvent l’Évangile à la Ferme de Trosly. En rentrant il y aura une retraite avec un grand groupe de Foi et Lumière du Liban, et puis une autre pour des prêtres d’Irlande, ensuite pour un groupe de Norvège, et suivront d’autres groupes de Foi et Lumière qui viennent de Russie et d’Amérique du Sud. Il y aura aussi les retraites programmées par la Ferme, ouvertes à tout le monde. Et puis il y aura des retraites pour des personnes qui ont subi des humiliations particulières : pour des personnes de la rue, des personnes divorcées et parfois remariées, des personnes homosexuelles. Je découvre que toutes ces personnes ont le don de rencontrer Dieu en vérité et par leur humilité elles m’apprennent beaucoup sur l’humanité.

Merci à chacun de vous pour votre amitié, pour vos lettres.

Je me sens tellement en communion avec chacune de nos communautés de L’Arche et de Foi et Lumière,

Jean

Version à télécharger

La Lettre de Jean Vanier est envoyée à environ tous les 3 mois. L’Association Jean Vanier est responsable des listes d’abonnés et ne partage pas les informations relatives aux abonnements avec de tierces parties. Seuls les champs Courriel et Langue sont exigés. Les autres renseignements nous aideraient à personnaliser le contenu et à éviter les entrées doubles.

Désirez-vous recevoir par courriel un résumé des actualités autour de JeanVanier et de son impact dans le monde? Ce bulletin mensuel sera lancé à lautomne 2018.