Ne crains pas

Fleurus, 1978

«Les marginaux, ceux qui sont écrasés et blessés, m’ont plus appris sur l’Évangile que les sages et les prudents. Par leur croissance, leur acceptation, leur abandon, ils m’ont appris à accepter ma faiblesse et à ne pas prétendre être fort et capable. Les personnes touchées par une déficience intellectuelle m’ont montré que je suis moi‐même handicapé, comme nous le sommes tous. Elles m’ont rappelé que nous sommes tous faibles, et tous appelés à mourir, et que ce sont les deux réalités dont nous avons le plus peur.»


Ma faiblesse, c'est ma force

Bellarmin, 1970

Le général Georges Vanier, d’abord soldat puis ambassadeur, termina sa carrière en tant que gouverneur général du Canada. Ce livre tente de nous faire découvrir la source cachée où le général Vanier puisait sa force.
Sa vie intérieure, comme l’écrit si bien son fils Jean, «ne constituait pas seulement une partie très importante de son existence, mais elle était la source même de ses actes, de son amour et de sa délicatesse, de son sens du devoir et de sa volonté de servir. (…) Mon père eut une vie publique qu’on pourrait appeler pleinement réussie ; il accéda à la plus haute fonction du pays ; il était honoré et estimé de tous. Mais il eut aussi une vie spirituelle qui fut, à bien des égards, cachée même à sa famille. (…) Tout ce que nous souhaitons, c’est que ces pages révèlent, sans exagérer et sans faire de lui un personnage éloigné, un peu de son humilité, de son amour et de son respect pour tous les hommes, qualités qui trouvaient leur source dans son amour et son expérience personnelle de Jésus-Christ. »


Ton silence est ma force

Fleurus, 1970

Le général Georges Vanier, d’abord soldat puis ambassadeur, termina sa carrière en tant que gouverneur général du Canada. Pourtant, sa vie intérieure, comme l’écrit si bien son fils Jean, «ne constituait pas seulement une partie très importante de son existence, mais elle était la source même de ses actes, de son amour et de sa délicatesse, de son sens du devoir et de sa volonté de servir». Ce livre tente de nous faire découvrir la source cachée où le général Georges Vanier puisait sa force, source qui alimente encore son fils Jean, lui permettant de poursuivre son œuvre auprès des démunis.