Larmes de silence

Presse de la Renaissance, 2014

A l’occasion des cinquante ans de L’Arche, son fondateur, Jean Vanier, l’une des plus grandes figures contemporaines de la charité, nous ouvre son cœur à travers une méditation sur la vie, la justice, l’amour, l’amitié, la compassion… Un texte bouleversant, magnifiquement illustré par les photos si expressives et émouvantes de Jonathan Boulet Groulx et préfacé par Frédéric Lenoir.

« Larmes de silence a été publié pour la première fois en 1970, juste six ans après que j’ai commencé à vivre avec Raphaël Simi et Philippe Seux. Tous deux avaient été enfermés dans une institution lugubre et violente destinée aux personnes ayant une déficience intellectuelle. Les larmes de ce livre venaient du cri de mon cœur face à la douleur et l’humiliation de tant de personnes abandonnées dans ce genre de terribles institutions ou dans la rue. Elles venaient aussi du cri de colère qui montait en moi face à l’indifférence d’un monde aveuglé par la recherche de toujours plus de richesses, de pouvoir et de succès. Plus profondément, ces larmes appartiennent à ceux qui, à l’époque et aujourd’hui encore, crient silencieusement dans le désespoir de leurs cœurs, sans oser espérer qu’un jour ils seront entendus.
Encore beaucoup trop de personnes, dans trop de pays, demeurent oppressées, humiliées et rejetées. Il y a encore tant d'injustices. Une compassion et une colère indignée sont aujourd’hui toujours nécessaires si nous voulons briser les chaînes qui nous entravent et incarner nos larmes dans des relations qui donnent une nouvelle vie à tous. Ensemble, avec les personnes les plus marginalisées de notre monde, nous pouvons devenir un signe d’espérance pour notre humanité.
»


Vivre ensemble avec nos différences

Editions des Béatitudes, 2014

Cet album présente un dialogue entre Jean Vanier et deux garçons de dix ans : Sébastien, un non-croyant et son camarade de jeu, Cédric, en fauteuil roulant, d'une famille chrétienne membre d'une communauté Foi et Lumière. Ensemble, les deux amis s'interrogent avec Jean Vanier sur la foi, la communauté chrétienne et sa relation au monde. "Comment vivre ensemble avec des gens différents? Pourquoi Dieu nous veut-il ensemble? Est-ce facile de vivre ensemble ? Quelle est la mission d'une communauté chrétienne vis-à-vis des autres? Pourquoi les Chrétiens vont-ils à la messe? Quelle est l'importance d'une conscience personnelle? Etc.
Les magnifiques illustrations de Nicoletta Bertelle surgissent du dialogue et participent pleinement à cet échange fondé sur le respect radical et total de chaque personne humaine quels que soient sa culture, sa religion, ses différences et peut-être ses handicaps.


Les signes des temps

Albin Michel, 2012

Le grand souffle conciliaire qui s’est levé il y a maintenant cinquante ans sur l’Église et sur le monde n’a pas fini de nous interroger. Il demeure une invitation – dérangeante mais ô combien féconde – à approfondir une exigence fondamentale de l’Évangile : l’attention réelle portée aux plus pauvres, aux plus faibles, aux laissés-pour-compte.
C’est dans ce même esprit et à la même époque que Jean Vanier a fondé L’Arche, forte aujourd’hui de plus de cent quarante communautés à travers le monde, où des personnes vivant avec un handicap sont reconnues dans leur dignité humaine en partageant avec d’autres leur quotidien et leurs espérances.
Au seuil de ces deux anniversaires, Jean Vanier ouvre ici des pistes de réflexion en suivant l’invitation de Jean XXIII à «scruter les signes des temps ». Il nous appelle à nous libérer de la «tyrannie de la normalité» qui laisse sur le bord du chemin tant d’exclus, et nous rend aveugles à la meilleure part de nous-mêmes.
Et il s’adresse en particulier aux chrétiens pour leur rappeler qu’«une certaine vision défensive, étriquée et fermée de l’Église doit disparaître pour laisser naître ce que l’Esprit Saint prépare»


Tous Intouchables?

Bayard, 2012

Dans ce manifeste, Philippe Pozzo di Borgo, Laurent de Cherisey et Jean Vanier lancent un « appel à l’espérance » : ils nous invitent à nous engager en faveur d’une société plus fraternelle en osant la rencontre avec les personnes avec un handicap. « S’ouvrir à l’altérité » pour un nouveau projet de société.

Le lancement du manifeste était organisé par l’Arche en France et Simon de Cyrène le 16 mai dernier au Conseil économique, social et environemental.


L’histoire de l’Arche et La Spiritualité de l’Arche

Novalis, 2012

Ces deux classiques de Jean Vanier parus chez Novalis viennent d’être réédités en anglais avec de nouvelles introductions et d’importantes mises à jour. Avec ces deux livres nous parcourons presque 50 ans d’histoire de l’Arche, l’un à partir de la perspective historique et celle de la croissance de l’Arche tandis que l’autre met l’accent sur l’évolution de la spiritualité de L’Arche. Ils mettent tous les deux en lumière les transformations personnelle et collective opérées quand le plus vulnérable d’entre nous est mis au centre.

En vente dans leur version anglaise sur Amazon.com.


Leur regard perce nos ombres

Fayard, 2011

Pendant plus d’un an, Julia Kristeva, psychanalyste, romancière, et Jean Vanier, philosophe, écrivain, ont échangé par lettres leurs expériences respectives au côté de personnes avec un handicap. D’un côté, le vécu d’une mère d’un enfant avec un handicap et son combat politique pour l’intégration des personnes en situation de handicap dans la société, et de l’autre, le fondateur, il y a quarante‐huit ans, de L’Arche, association qui accueille des personnes avec un handicap. Pourquoi le handicap fait‐il si peur aux gens ? En quoi l’irréductible différence des personnes avec un handicap moteur, sensoriel, psychique et mental suscite‐t‐elle recul, angoisse et parfois déni ? Comment parvenir à changer le regard de la société sur ces personnes que notre culture de la performance, de l’excellence et de la compétition met de côté ? Sans esquive, cet échange – la réflexion analytique et laïque de Julia Kristeva en duo avec de celle de Jean Vanier, nourrie de la philosophie et de la foi chrétienne – interpelle notre vision de l’existence et, par-là, interroge notre humanité.