Dossier de presse

L'Arche

Aujourd’hui, 147 communautés de L’Arche sont implantées dans 35 pays sur les 5 continents. Les communautés de L’Arche sont des lieux de vie où des personnes qui ont une déficience intellectuelle et ceux qui sont venus les aider partagent leur quotidien. Depuis plus de 50 ans, L’Arche fait l’expérience que cette vie partagée ouvre des voies nouvelles de fraternité : l’art de vivre ensemble naît de l’accueil créatif de la diversité et de la fragilité humaine.

L’Arche, une rencontre qui en provoque d’autres…

Jean Vanier a rencontré Raphaël Simi et Philippe Seux, deux personnes ayant une déficience intellectuelle. Ils ont appris à se connaître, s’entraider, construire leur vie ensemble jour après jour. Ils ont attiré des amis, qui à leur tour ont désiré partager la simplicité de cette vie communautaire. Jean Vanier n’a pas « fabriqué L’Arche », mais en ouvrant les portes de leur maison, et en témoignant de son expérience, il a invité d’autres à vivre la même chose. Ainsi L’Arche a grandi de manière organique, la sève en étant cette rencontre bouleversante, entre personnes qui ont une déficience intellectuelle et personnes ordinaires.

Une fédération internationale

Aujourd’hui, les 147 communautés de L’Arche sont implantées dans 35 pays sur les 5 continents. Elles offrent des foyers, ateliers, programmes ou réseaux de soutien selon les besoins de leurs membres et le contexte sanitaire et social local. Elles s’entourent de professionnels pour s’assurer de proposer un accompagnement compétent et de qualité. Elles sont gérées par des associations à but non lucratif et financées pour la plupart par des fonds publics ou, pour les pays les plus pauvres, par des organismes de solidarité internationaux.

Un quotidien partagé

Les communautés de L’Arche sont des lieux de vie où les personnes qui ont une déficience intellectuelle et ceux qui sont venus les aider partagent leur quotidien. Accompagnants et accompagnés tissent des relations mutuelles qui vont au-delà de l’aide et du travail. Ensemble, les membres de L’Arche, qu’ils aient ou non une déficience intellectuelle, construisent leur vie communautaire : participation aux tâches, aux décisions, aux réflexions, aux fêtes et rassemblements, au souci les uns des autres. Chacun est invité à contribuer à la vie ensemble, selon ses aptitudes et ses désirs.

Un projet de société

Les personnes qui ont une déficience intellectuelle ont besoin de s’inscrire dans la société comme partenaires, et pas seulement comme objets de soin. Nos sociétés ont besoin que tous, y compris les plus faibles, s’engagent dans la construction d’un monde plus humain. À L’Arche, depuis plus de 50 ans, nous faisons l’expérience que la vie partagée entre personnes avec ou sans déficience intellectuelle ouvre des voies nouvelles de fraternité : être différents et pourtant ensemble, communiquer sur l’essentiel avec et au-delà des mots, faire la fête en intégrant les difficultés, approfondir sa vie spirituelle dans le respect des philosophies et des religions de chacun… L’Arche peut témoigner que l’art de vivre ensemble naît de l’accueil créatif de la diversité et de la fragilité humaine.

http://www.larche.org