Laetitia
Nouméa, Nouvelle-Calédonie

Lorsque notre quatrième enfant a vu le jour et que nous avons appris qu'il ne serait pas "comme les autres", nous avons d'abord été comme recouverts d'une chape de plomb...puis, dans mes prières de mère, je disais mon angoisse profonde d'un avenir où mon fils aurait à vivre sans moi, sans son papa, alors qu'il serait toujours peut-être dépendant. Je n'ai trouvé la paix qu'en trouvant l'Arche, en trouvant Jean Vanier. Je me suis dit: "tu pourras mourir en paix puisque l'Arche existe pour Benuel".

Merci Jean; merci L'Arche pour cette paix retrouvée !


 

Sr Marie Jocelyne, vsm
La Pocatière, Québec

Cher M. Jean Vanier,

À l'heure des repas, au réfectoire, souvent on vous écoute. J'ai appris à vous aimer comme on aime ce qu'on désire être. Je voudrais acquérir cette liberté qui me ferait sourire au Seigneur au moment de la Rencontre. Et cette liberté, vous l'avez acquise par le don total de vous-même. Soyez heureux, M. Vanier, car vous êtes la joie du Cœur de notre Dieu.

Respectueusement,

Sr Marie-Jocelyne, v.s.m.


Carbonnier
NOGENT-SUR-OISE

Mon histoire est longue et pleine de souffrances horribles; toutefois savoir ce que Jean Vanier a fait et fait, mon coeur est rempli de joie; merci à monsieur Jean Vanier, au Père Philippe Thomas et à toute son équipe c'est extraordinaire; je suis en lien de prières avec vous tous;


 

Pierre Epiney
Genève/Suisse

Je connaissais Jean depuis longtemps déjà, mais il n'avait jamais rencontré ma mère. On invita Jean à Genève pour une conférence. Mes deux bien-aimés, Jean et ma mère donc, se sont vus juste un moment, alors que le flot d'auditeurs entrait dans la salle. J'étais très heureux qu'ils se voient au moins une fois. La rencontre n'a pas dû durer plus d'une minute; c'est déjà long pour bien faire ! Le lendemain, ma mère, déjà âgée, m'a dit quelque chose de complètement surprenant :"Personne ne m'a jamais regardé comme cela !" Elle voulait dire l'intensité du regard de Jean, mais surtout qu'elle s'est sentie importante, aimée ! Faut le faire, non ? Cordialement.


chevrel
Nantes

bonjour Monsieur Vanier,depuis que j'ai entendu votre message,j'ai su qu'il y a un espoir!j'ai beaucoup souffert,je porte encore les traces d'une maladie qui ne m'a pas fait de cadeau,malgré tout, j'aime Jésus et ma Sainte Vierge,je vous embrasse,Rodolphe


 

Ce petit mail pour vous dire combien je trouverais pertinente la candidature de Jean Vanier pour le prix Nobel ou Templeton. En consacrant sa vie, avec un bonheur communicatif, aux personnes différentes souffrant de handicap, il a changé le regard du monde à leur égard, leur a redonné une dignité, une juste place de personne à part entière voire de personne-lumière pour tous. En effet, son action et surtout l'élan actif qu'elle a suscité, notamment chez des jeunes de mon entourage qui ont choisi comme lui le même chemin généreux, m'ont permis de découvrir la grande richesse d'avoir sur notre planète des personnes qui apportent à l'humanité entière la richesse de leur fragilité, le renversement bouleversant des valeurs auxquelles on veut nous voir vouer nos vies et notre argent. Sans ces personnes dites à tort "handicapées", il manquerait au monde une dimension essentielle, celle de l'imperfection bienvenue comme chemin possible de vraie liberté, de bonheur, d'heureuse différence, de complémentarité, de solidarité et de dignité. Ce regard, c'est Jean Vanier qui nous le donne sans cesse et son témoignage personnel, si discret pourtant, est un formidable message d'humanité réconciliée dans ses différences, ses limites fécondes, sa vraie "fraternité". Je vote pour Jean Vanier de tout mon coeur. Ce prix donnerait encore plus d'impact à son message d'amour dont le monde a terriblement besoin aujourd'hui encore. Christine Lienard